Jean-Michel Ré – « La Fleur de Dieu »

« La Fleur de Dieu » – Jean-Michel Ré – 2019 – Albin Michel

An 10996. La Fleur de Dieu pousse sur Sor’Ivanya, l’un des dix-huit mille mondes de l’Empire de Chayin X. Cette fleur sacrée est la voie du divin. Source de compréhension et d’exaltation, son exploitation est le monopole des Scientistes, garants de l’ordre et du respect des cultes. Malheureusement, sa formule est dérobée par un groupuscule anarchiste alors même que des troubles éclatent sur les principales planètes de l’Empire. Au milieu de ce chaos naissant apparaît un enfant aux pouvoirs inimaginables. Sera-ce le messie annoncé par les écritures ?

Premier roman de Jean-Michel Ré, « La Fleur de Dieu » est un space opera ambitieux qui trouvera à s’exprimer en trois volets. Publié chez Albin Michel Imaginaire, nouvel acteur dans le monde de l’édition de science-fiction et de fantasy, ce premier tome met en scène un immense empire soumis à un autoritarisme religieux et militaire dans lequel les populations de ses innombrables planètes semblent résignées à accepter leur sort. Le seul moment où elles s’animent et montrent quelques vélléités, c’est lorsque la substance produite par la Fleur de Dieu est distribuée par les Scientistes. Elles se pressent alors pour y goûter. Pour avoir droit à un moment de rêves et de liberté. Mais cette fois, les choses ne se passent pas comme prévu. La formule de la Fleur est dérobée. Un complot éclate entraînant de premiers combats sanglants. Et puis il y a l’Enfant. Apparu telle une ombre dans le Désert des Déserts. Ses pouvoirs semblent infinis.

Peu habitué à ce genre de littérature, j’étais assez curieux de lire ce premier roman de Jean-Michel Ré. Mes minces expériences se résument à « Dune« , célèbre saga avec laquelle j’ai eu beaucoup de mal, ou à « Cérès et Vesta » de Greg Egan, auteur culte de Hard SF. Je dirais que, dans le cas présent, nous nous trouvons sans doute quelque part entre ces deux références. Et, contrairement à mes lectures « Herbertienne », avec ce livre-ci, je ne me suis pas perdu en chemin.

Le monde décrit est immense et l’auteur prend son temps. Pour l’installer. Le décrire. Et donc, tenter de nous immerger dans cet univers. Son univers. C’est, dans l’ensemble, assez réussi et ce, malgré quelques éléments dispensables qui peuvent rendre la compréhension générale difficile. On sent qu’il y a travaillé. Longuement et, sans doute, durement. L’histoire de ce monde a été patiemment construite ce qui donne corps et cohérence au récit. Le lecteur peut d’ailleurs se référer à un important glossaire en fin d’ouvrage. Ce dernier présente ou explique des faits, des personnages, des périodes de vie qui tous ont donné naissance à l’Empire. Qui tous ont participé à ce qu’il est devenu quand interviennent les protagonistes de notre histoire. Ceux-ci sont assez nombreux. Peut-être trop nombreux, d’ailleurs. Ils sont consciencieusement installés dans le récit. Chacun nous donne les clés du rôle qu’il est attendu à jouer dans les prochaines pages de cette trilogie. Mais en surface, seulement. Malheureusement, presque. Car ils auraient gagné à être moins nombreux et plus longuement présentés. Pour que l’on puisse s’y attacher. Aucun ne ressort et il paraît difficile, après ce premier tome, de détacher un héros ou un personnage principal que le lecteur aimera suivre dans la suite de l’oeuvre. On comprend cependant que nous n’aurons pas affaire à un manichéisme basique.

Concernant les références scientifiques, elles ne sont pas inabordables et peuvent, grâce au glossaire, soit être approfondies, soit passées sous silence. Car, et c’est appréciable dans ce genre d’ouvrage, leur totale compréhension n’est pas nécessaire pour appréhender et apprécier l’histoire dans sa globalité. Pour moi, c’est un réel plus car je n’ai ni la passion ni la patience de lire des ouvrages où les références scientifiques sont tellement poussées qu’il faudrait pratiquement un précis de physique quantique à ses côtés pour en comprendre sens et tournure.

En conclusion, je conseille ce livre à ceux qui désirent se lancer dans une nouvelle saga de space opera abordable et écrit avec une certaine fluidité. Lecture facile et prenante qui devrait rencontrer succès et notoriété.

Une réflexion sur “Jean-Michel Ré – « La Fleur de Dieu »

  1. Pingback: En conclusion, je conseille ce livre à ceux qui désirent se lancer dans une nouvelle saga de space opera abordable et écrit avec une certaine fluidité. Lecture facile et prenante qui devrait rencontrer succès et notoriété. - Albin Michel Imaginaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s