Robin Hobb – « L’Assassin Royal – Tome 12 – L’Homme Noir »

« L’Assassin Royal – Tome 12 – L’Homme Noir » – Robin Hobb – 2003 – J’ai Lu

Le Prince Devoir et sa suite arrivent sur l’île d’Asleval, enfer de glace où Glasfeu, le légendaire dragon, se trouve endormi. Sa tête doit tomber. Pour que le mariage ait lieu. Mais les dissensions entre les membres de la suite princière s’accentuent. Certains, dont le Fou, pensent que la mort du dragon serait une catastrophe aux conséquences gigantesques difficiles à évaluer. Fitz devra choisir où placer son allégeance. Entre le Fou et le Prince.

Le Fou est de retour. Pour protéger le dragon des visées meurtrières dont il fait l’objet de la part du Prince et de sa suite. Prince qui doit tenir sa promesse s’il veut épouser la Narcheska et ainsi obtenir une paix durable entre les Six-Duchés et les Îles d’Outremer. Entre les deux, Fitz. Comme toujours. Son coeur balance et il oscille entre sa fidélité envers la famille royale et son amitié avec le Fou. La schizophrénie le guette. Et l’ambiance s’alourdit. Il y a ceux qui souhaitent voir le Prince tenir sa promesse. Et ceux qui pensent que tuer le dragon ne pourra que mener à une catastrophe. Et ce dilemme nous tient en haleine durant tout ce douzième tome. Douzième tome qui s’apparente presque à un huis clos. Toute l’histoire se passant sur cette île glaçante. On a froid et on doute. Et on se sent à l’étroit. Comme Fitz et comme tous les pauvres membres de cette suite obligés de se faire violence pour voir s’accomplir la volonté de la Narcheska.

Dans ce nouvel épisode de la vie mouvementée du Bâtard au Vif, Hobb fait la part belle à l’action. Selon ses normes, bien entendu. Toujours pas de combats sanglants mais une espèce de course contre la montre. Une lutte d’influences entre les puissantes familles présentes sur cette île. Un combat larvé où Fitz doit affronter les reproches du Fou, les doutes d’Umbre, son mentor, quant à sa fidélité, les attaques de Lourd, le simple d’esprit, l’absence d’Ortie et la présence, sourde mais certaine, de l’Homme Noir. Personnage réel ou objet de fantasmes de la part des guerriers d’Outremer ? C’est un récit plus nerveux que les précédents tomes. On sent que Hobb accélère. Qu’elle veut donner des réponses aux nombreuses questions qu’elle a posées dans les deniers épisodes de « l’Assassin Royal ». Elle développe son Art. Elle donne vie aux dragons et aux Anciens. Comme si elle posait déjà les jalons de la suite de ses écrits. Etc’est appréciable car, en tant que lecteur, on se réjouit de certaines conclusions qu’elle tire. Ou qu’elle pose. Je suis bref car je suis impatient d’entamer la lecture du dernier pan des aventures de Fitz, l’Assassin Royal.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s