Virginie Despentes – « Vernon Subutex »

« Vernon Subutex » – Virginie Despentes – 2015 – Editions Grasset

Qui est Vernon Subutex ? Un mythe genre légende urbaine un peu surannée à laquelle on ne croit qu’à demi-mot ? Ou bien est-ce un homme de chair et de sang ? Tout ce qu’il y a de bien réel ? Et normal ? Un peu des deux. Sans doute. C’est une âme blessée qui s’est laissée marcher dessus par la vie. Et qui trouvera, peut-être, la rédemption dans l’errance. Drôle de parcours finalement. Qui pourra s’avérer initiatique.

Virginie Despentes. Auteure bien connue mais que je n’avais jamais eu l’occasion de lire. Je connaissais, de mon adolescence, le film « Baise moi ». Qui n’est, je pense, qu’un pâle reflet du livre dont il a été inspiré. Mais bon, ici, je me perds en conjecture. N’ayant pas lu cet ouvrage, je ne peux effectivement que supposer. Soit, ce n’est de toute façon pas l’objet de cette chronique. Parlons donc de ce premier tome de « Vernon Subutex ». Livre connu et reconnu à la couverture aussi colorée que singulière. Il s’agit d’une littérature doucement trash dans laquelle l’auteure fait montre de talent, de brio et d’un incroyable sens de l’observation. Elle décrit à merveille les âmes humaines. En peine. Qui vivent leur vie par dépit. C’est un tableau de la société contemporaine qu’elle peint au vitriol. Sans concession. Avec une acuité crue et cruelle. C’est beau. C’est dur. C’est jouissif. Et légèrement déprimant.

Vernon. Anti-héros par excellence. Sorte de poète maudit et pathétique qui laisse filer sa vie par simple désintérêt de sa personne et du monde qui l’entoure. C’est un homme seul. Qui connaît du monde. Nourrit aux désillusions mais responsable de sa déliquescence, il est amer et réaliste. Froidement réaliste. Et les choses ne s’arrangent pas au fil des pages. Que dire des autres personnages ? De cette impressionnante galerie de personnages ? C’est un monde. Un univers. Un gouffre dans lequel on sombre avec plaisir et inquiétude. Cyniques. Froids. Égoïstes. C’est un bal de paumés dans lequel chaque couche de la société est adroitement représentée. De la gauche caviar à la droite de l’extrême droite. Oui, Vernon connaît du monde. Dans son incommensurable solitude.

C’est donc le magnifique portrait d’une société qui se perd dans ses propres contradictions. On s’attache à Vernon. Paumé au cœur tendre. Dépassé par lui-même. C’est une histoire triste. Et addictive. Les pages se tournent. Et on attend impatiemment de lire les tomes suivants.

2 réflexions sur “Virginie Despentes – « Vernon Subutex »

  1. J’avais repéré ce livre car il fait la une de beaucoup de magasins, mais je ne m’y étais jamais intéressée ! Ta chronique risque de faire craquer mon porte-monnaie ! 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s