Amin Maalouf – « Le Dérèglement du Monde : Quand nos civilisations s’épuisent »

« Le Dérèglement du Monde : Quand nos civilisations s’épuisent » – Amin Maalouf – 2009 – Grasset

En ce début de XXIe siècle, le monde présente de nombreux signes de dérèglement. Intellectuel. Economique et financier. Sociologique. Climatique. Avec cet essai, Amin Maalouf cherche à comprendre comment on en est arrivé là et, surtout, comment l’Humanité pourrait s’en sortir. Pour lui, nos civilisations s’épuisent. Entre impasse culturelle et historique et déliquescence morale de nos sociétés, il semble difficile d’entretenir le plus petit espoir. Et pourtant…

images

Au travers d’inquiétants constats, Amin Maalouf parvient à nous donner des raisons d’espérer. Certes, il ne sera pas évident à nos sociétés de s’entendre. Certes, elles devront faire de laborieux et nombreux efforts. Mais il est encore possible, non d’inverser la tendance, mais de lui donner une courbe nouvelle. De l’infléchir et de l’orienter vers un monde sensiblement meilleur que celui qui nous semble promit si rien ne change. Tels sont les propos, sans angélisme, avec savoir et érudition, tenus par cet impressionnant auteur. Le constat est sombre mais rien n’est perdu.

Au-delà de l’admirable connaissance de l’état du monde de l’auteur et de sa formidable capacité à rendre intelligibles des notions et des concepts relativement obscurs, ce qui est riche et qui suscite un vif intérêt c’est son appartenance à deux mondes aux rapports conflictuels : D’un côté, le monde arabe et musulman de par ses origines, et de l’autre, le monde occidental de par sa patrie d’adoption, la France. Il ne peut donc être accusé d’aucun parti pris. Et, effectivement, ses propos sont pour le moins objectifs. Ceci, même si je ne suis pas toujours en accord avec le fond de certaines de ses pensées comme, par exemple, le fait de vouloir le discours des dirigeants des anciennes colonies occidentales moins passéiste. Mais ceci est un autre débat.

Car ici, l’important est ailleurs. Il est dans la simplicité des propos. Dans leur clarté. Ce qui les rend dès lors accessibles au plus grand nombre. Et, ce plus grand nombre, je ne peux que lui souhaiter de lire ces pages et d’y trouver, au-delà de cet espoir ténu, des réponses et des motifs d’y croire. Encore un peu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s