Robin Hobb – « L’Assassin Royal – Tome 1 – l’Apprenti Assassin »

« L’Assassin Royal – Tome 1 – l’Apprenti Assassin » – Robin Hobb – 2005 – J’ai lu

Le Royaume des Six-Duchés vit en paix. Le Roi Subtil règne adroitement avec l’aide de ses trois fils, Chevalerie, Vérité et Royal. Cette sérénité sera hélas troublée par l’arrivée de Fitz, le bâtard de Chevalerie, Roi-Servant et successeur naturel du Roi. Ce fils venu de nul part va chambouler la vie de la Cour mais aussi celle du Royaume dans son entièreté. Il devra cependant trouver sa place et tenir son rang. Malgré tout.

L_Apprenti_assassin_L_Assassin_royal_tome_1

Sans savoir exactement pourquoi, j’ai, depuis quelques temps, une impérieuse envie de lire des histoires faites de magie, de grands espaces et d’aventures. Malheureusement, mes connaissances en « Fantasy » se limitent avant tout au « Seigneur des Anneaux » que j’ai déjà dévoré plusieurs fois. Comment faire son choix parmi une telle quantité de titres, de séries quand on est simplement amateur du genre ? Je décidai alors de parcourir sites et forums et tombai sur Robin Hobb et son « Assassin Royal » qui, de l’avis de bon nombre d’internautes, a de quoi satisfaire toutes personnes appréciant la « Fantasy » sans pour autant être un afficionado absolu du genre. Je me lancai donc rapidement dans la lecture de ce premier opus curieux et impatient de voir si mes attentes allaient être comblées.

Avouons qu’elles l’ont été. Peut-être pas entièrement dans la mesure où je m’attendais à un peu plus de noirceur et à une présence plus marquée d’éléments magiques ou fantastiques mais peu importe. Pour une grande partie, j’ai été séduit par ce premier contact. C’est un livre qui se lit vite et bien. Les différents protagonistes sont clairement présentés et facilement identifiables malgré leur nombre relativement important. Ils ne sont ni lisses ni trop complexes. Ils sont humains et c’est amplement suffisant. Ce qui est également appréciable, ce sont les références, nombreuses, à la nature et à ses bienfaits. Petit plaidoyer, l’air de rien, pour un retour aux sources ? D’une certaine façon, oui.

En terme d’écriture, le style est simple mais efficace. On remarque aussi que l’auteure est passionnée par ce qu’elle écrit et qu’elle mesure bien la pertinence d’utiliser tel ou tel mot à la place d’un autre ou telle ou telle expression à la place d’une autre. C’est fluide, cohérent et la fin du livre donne simplement envie de se procurer le second volume pour, le plus vite possible, se jeter dans sa lecture.

Dernière petite chose. Je m’en veux un peu d’avoir commencé cette série en plein été car je trouve qu’elle se prêterait merveilleusement aux longues soirées d’hiver quand, assis au coin du feu, on attend, livre sur les genoux, que la tempête de neige passe son chemin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s