Amélie Nothomb – « Hygiène de l’Assassin »

« Hygiène de l’Assassin » – Amélie Nothomb – 1992 – Editions Albin Michel

Pretextat Tache, prix Nobel de littérature, se meurt. Les journalistes du monde entier se pressent à sa porte dans l’espoir d’obtenir une interview du génie. Par l’intermédiaire de son attaché de presse, nombreux sont ceux qui obtiennent ce privilège. Malheureusement, aucun ne tiendra le choc que provoque cette rencontre. Tous abandonnent. Sauf un. Ou plutôt « une ». Au grand étonnement de l’abject personnage.

QUIZ_Hygiene-de-lassassin_756

Il s’agit du premier roman d’Amélie Nothomb. Et de son premier succès. Acclamé par la critique, ce livre sera adapté à l’écran avec Jean Yanne dans le rôle de Pretextat Tache. Cette reconnaissance est amplement méritée. Dans ce premier roman se trouvent déjà tous les éléments qui feront le succès de cette prolifique auteure. Un goût prononcé pour le morbide. Une connaissance aiguë de ce que l’être humain a de plus abject et de plus malsain. Le tout admirablement bien écrit avec juste ce qu’il faut d’érudition. A cela s’ajoute une pointe d’humour noire et d’autodérision. L’ensemble se révèle être d’une fluidité et d’une efficacité implacable. Cette recette sera mise en application pour pratiquement toute sa bibliographie.

Comme souvent dans ces romans, le héros (ou en tout cas l’un des personnages principaux) de son histoire n’en est pas un et on se prend a rapidement le détester. Raciste, gratuitement méchant, arrogant, cynique, misogyne… Cet ensemble de caractéristiques lui sied à merveille. La reconnaissance de ces traits de personnalité parvient même à flatter son égo au grand désespoir des journalistes qui tentent un à un de l’interviewer. Aucun ne sera épargné, tous repartiront la queue entre les jambes maudissant cet auteur infect dont seul les livres méritent qu’on leur porte attention.

La fuite de ces écrivaillons le réjouisse au plus haut point. Non seulement sa mort, déjà admirable de par la nature du mal qui le ronge, le fera entrer dans la légende mais ses oraisons funèbres saturées de médisances l’inscriront définitivement au rayon des génies incompris (ou compris de lui seul et, après tout, il n’y a que cela qui lui importe réellement). Sa fin de vie basculera cependant à l’arrivée d’une femme journaliste. Pourquoi ne s’enfuit-elle pas ? Elle devrait prendre ses jambes à son cou et plus rapidement encore que les mâles précédents. Pour son plus grand déplaisir, Pretextat Tache répondra lui-même à cette question.

Publicités

Une réflexion sur “Amélie Nothomb – « Hygiène de l’Assassin »

  1. Pingback: John Kennedy Toole – « La conjuration des imbéciles » | Une Certaine Culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s