Hillary Jordan – « Mississippi »

« Mississippi » – Hillary Jordan – 2008 – Editions Belfond

Laura et Henry, fermiers dans le vieux Sud raciste des années 40 élèvent leurs filles et entretiennent les terres ingrates de leur exploitation agricole. Coincée entre son mari, ses enfants et son beau-père, elle sait que cette vie ne la rendra jamais heureuse. Lui semble vivre naïvement son rêve, ignorant les difficultés de sa femme. Le retour du front de deux soldats chamboulera leurs existences et celles, paisibles, de la petite communauté du Delta.

url

Intéressante et percutante fresque sur la vie d’une famille de fermiers sudistes avec, en toile de fond, un pan de l’histoire américaine relativement méconnu : la fin de la Seconde Guerre Mondiale et le retour au pays des jeunes soldats accueillis en héros ou en parias selon qu’ils soient noirs ou blancs. Vérité encore plus criante dans cette partie du pays. Le Mississippi, ancien état esclavagiste où les habitudes, bonnes ou mauvaises, ont la vie dure. Le traumatisme vécu par ces jeunes hommes est quant à lui indifférent à la couleur de peau. Noir ou blanc, les images atroces du conflit agissent comme un poison rendant la moindre pensée, le moindre rêve, nauséabond.
Dans cette ambiance lourde et poisseuse, Laura, fermière par obligation, essaye de s’adapter à cette rude vie à la ferme tout en élevant ses deux filles et en laissant son mari vivre ses rêves de grand propriétaire terrien. Sous le regard de son beau-père, veuf, fainéant et raciste, elle ne cessera de travailler pour améliorer leur quotidien mais surtout pour ne rien regretter. Le retour du front de son beau-frère, provocateur et charmeur, et du fils de leur servante bouleversera le fragile équilibre de cette petite communauté.

Ce livre est une réussite et il permet de se faire une meilleure idée de ce que pouvait être le sud américain au sortir du second conflit mondial. Entre racisme ancestral, ignorance des bouleversements du monde et peur de l’avenir, les personnages se battent pour survivre sur ces terres inhospitalières mais fertiles. La lecture de ce livre débouche sur d’intéressantes réflexions quant à la position de la femme et des noirs en ces temps troublés ainsi que sur les conséquences que la guerre peut avoir sur les soldats ayant survécus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s