Tom Clancy – « Code SSN »

« Code SSN » – Tom Clancy – 1999 – L’Archipel

Février 2003. La Chine entre en guerre avec les Etats-Unis. En toile de fond de ce conflit entre ces deux supers puissances, l’exploitation d’un nouveau gisement pétrolier au large des îles Spratly. L’US Navy est placée en alerte maximum. L’USS Cheyenne, sous-marin nucléaire de dernière génération, fleuron de la flotte américaine, reçoit l’ordre de se rendre en Mer de Chine. Sa mission : essayer d’éviter la mondialisation du conflit.

url

Je n’avais jamais lu de livre de Tom Clancy et, autant le dire tout de suite, je me suis profondément ennuyé. L’histoire est celle d’un sous-marin nucléaire américain dont la mission est d’empêcher, par tous les moyens, que le conflit sino-américain ne se transforme en Troisième Guerre Mondiale. Et, le moins que l’on puisse dire est qu’il rempli parfaitement sa mission. Je n’ai pas tenu de compte précis mais, à lui seul, il doit avoir réussi l’exploit de couler près de 70 navires ou sous-marins chinois. Ce qui ne rend pas l’histoire très vraisemblable. Et puis, c’est un peu répétitif. A chaque chapitre correspond une mission qui, invariablement, se termine par une victoire du « Cheyenne ». Ceci, quelle que soit la nature de la mission et quel que soit le nombre d’adversaires rencontrés. Un peu lassant. De plus, aucun élément contextuel ne vient donner de poids au récit. L’histoire n’est qu’une répétition de combats à la fin prévisible et connue dès la lecture des deux premiers chapitres. Le livre aurait d’ailleurs pu s’arrêter là. Le déroulement du récit et sa conclusion n’en auraient pas été chamboulés.

Mais ce n’est pas le pire. Ce qui rend la lecture de ce livre ardue et rébarbative ce sont les innombrables termes techniques utilisés. Il faudrait avoir une formation militaire et de solides connaissances en physique pour comprendre l’intégralité de l’histoire. Même les blagues faites par l’auteur ne peuvent être comprises que par des sous-mariniers (j’exagère un peu mais à peine). L’érudition de l’auteur dans ce domaine ô combien spécialisé ne fait aucun doute. Il n’est pas considéré comme le père du thriller technologique pour rien. Malheureusement, il en oublie de rendre l’histoire lisible et attrayante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s